Société Francophone de Chirurgie Oncologique | Is Tumor Detachment from Vascular Structures Equivalent to R0 Resection in Surgery for Colorectal Liver Metastases?
15483
post-template-default,single,single-post,postid-15483,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-13.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive
 

Is Tumor Detachment from Vascular Structures Equivalent to R0 Resection in Surgery for Colorectal Liver Metastases?

Is Tumor Detachment from Vascular Structures Equivalent to R0 Resection in Surgery for Colorectal Liver Metastases?

Cette semaine, nous nous intéressons aux marges de résection pour les métastases hépatiques d’origine colorectale

Dans cette étude rétrospective italienne, les auteurs s’intéressent aux résections R1, définies par une marge inférieure à 1mm. Ils distinguent 2 types de R1 : le R1 parenchymateux et le R1 vasculaire, qui correspond au détachement d’une métastase d’un vaisseaux (glissonien ou sus-hépatique). La complexité des techniques chirurgicales, l’efficacité de la chimiothérapie ont permis au cours des dernières années d’augmenter le nombre de patients éligibles à une chirurgie de résection. Il est maintenant bien établi que les techniques d’épargne parenchymateuse (métastasectomie, destruction focalisée) doivent être privilégiées.

Les résultats de cette étude montre que les résultats oncologiques sont différents selon le type de R1. Le R1 vasculaire semble équivalent à la résection R0, sans augmentation de la morbidité. Le R1 parenchymateux est en revanche de mauvais pronostic, y compris après chimiothérapie.

En pratique, ce concept de R1 vasculaire reste intéressant pour certaines métastases, notamment au contact des pédicules glissoniens. Dans les autres cas, l’utilisation des techniques de destruction focalisée est à discuter.

Avant les vacances, nous vous parlions d’une étude qui évaluait la PCT comme marqueur de fistule colorectale et qui présentait de nombreux biais (notamment d’interprétation). Ci-joint la lettre de réponse envoyée à Annals of Surgery et la réponse des auteurs.

Bonne lecture !

Aurélien Dupré
Département de Chirurgie – Centre Léon Bérard

No Comments

Post A Comment